Accueil Démarche et innovation
(chapitres 1 à 5)
Activités culturelles
et ludiques (chapitre 6)
Enseignants, comment participer ? Qui sommes-nous ? Contacts Lien :
éditions-orthographe.com
Ch1) Une démarche et
cinq principes pour réussir
Ch2) Un nouveau référentiel
pour l’orthographe lexical
Ch3) Nouvelle approche de
l’orthographe grammaticale
Ch4) Un outil pour la
mémoire orthographique
Ch5) La recherche
et nos questions
Chapitre 2)
Notre proposition : un nouveau référentiel graphophonologique (plutôt qu’alphabétique) pour faciliter l’entrée de l’élève dans la lecture et l’orthographe.
Question : et si au lieu d’investir dans la lecture puis plus tard dans l’orthographe (c’est la démarche classique), nous proposions aux jeunes élèves l’inverse. Plutôt que de démarrer l’apprentissage du français en apprenant à lire nous apprenions à écrire. Plutôt qu’apprendre à reconnaitre et lire 151 graphèmes parmi des milliers de combinaisons de lettres, nous apprenions à écrire les 37 graphèmes d’usage puis les 114 sous-graphèmes et graphèmes rares.

Et si en inversant la démarche habituelle, nous arrivions à diviser par 5 ou plus la difficulté d’apprentissage ?

C’est l’hypothèse « perturbante » que nous avons posée.

Il en a résulté cet outil que nous nommons « Arbre Programmatique de l’Orthographe ». Ce référentiel, associé à un système d’encodage qui met en lumière la difficulté du mot (sa partie opaque), permet à l’enfant, dès le départ de l’apprentissage, de s’engager dans une écriture bien orthographiée tout en apprenant à lire.

Cet arbre a été testé pendant une année auprès de plus de 600 enfants de la circonscription académique du Creusot.

Dans ce chapitre 2, les différentes capsules vidéos vous conduisent au travers de nos questionnements, nos essais erreurs, nos références scientifiques et nos raisonnements. Une démarche qui fait apparaitre de nouvelles hypothèses auxquelles nous espérons pouvoir répondre dans les années à venir.
Voir Chapitre 6 :
Activités musique et
orthographe
1
Pourquoi l’utilisation de l’alphabet est compliquée pour l’enfant ?
Pictogramme Chronomètre2’37”
L’alphabet français est
un véritable « sketch ».
3
Proposition : un nouveau
référentiel orthographique.
Pictogramme Chronomètre4’04”
Pour diminuer la charge cognitive
d’apprentissage de la lecture et l’écriture,
nous proposons une nouvelle approche.
5
1er test de l’arbre programmatique
avec des élèves.
Pictogramme Chronomètre5’52”
« C’est ça le secret, maitresse ? »
7
Isabelle enseignante en CP
parle de son expérimentation.
Pictogramme Chronomètre2’19”
Chaque enseignant s’approprie ce nouveau référentiel de l’orthographe.
9
Est-ce efficace ?
4 enseignants de CP témoignent.
Pictogramme Chronomètre2’17”
Ce projet d'orthographe aurait-il aussi un impact sur la lecture ?
11
Rituel et autonomie.
Pictogramme Chronomètre00'49”
L'activité ritualisée rassure l'enfant et l'activité en autonomie le fait avancer à son rythme. Rituel et autonomie sont deux atouts du projet, deux clés pour
un apprentissage efficace.
13
Les 10 comptines phonèmes.
Pictogramme Chronomètre5’33”
Comment découvrir avec enthousiasme les 37 phonèmes (sons) de la langue française ?
Nous avons pensé à musique
et doigt de l'enseignant.
15
Explications détaillées des éléments de l'arbre programmatique.
Pictogramme Chronomètre00’00”
TUTORIEL
17
L'arbre et les cartes d'encodage
en version numérique.
Pictogramme Chronomètre00’00”
Vous pouvez télécharger la version numérique de l'arbre programmatique
et des cartes d'encodage..
19
Les textes d'apprentissage.
Pictogramme Chronomètre00’00”
La mise en couleur des mots facilite leur encodage, elle permet aussi à l’élève de décoder plus facilement la lecture d’un texte.
21
L'arbre programmatique simplifié.
Pictogramme Chronomètre00’00”
Avec les enseignants du dispositif ULIS nous avons commencé à expérimenter l’arbre avec des enfants en situation de handicap. C’est enthousiasmant et prometteur.
2
L’enfant a envie, son cerveau est prêt, pourtant ?
Pictogramme Chronomètre4’21”
Encoder (écrire) ou décoder (lire)
des mots sont des tâches simples,
c’est l’effort combinatoire
qui complique l’apprentissage.
4
Principe de l’arbre
programmatique de l’orthographe.
Pictogramme Chronomètre2’44”
Abre programmatique de l'orthographe
Une consigne toute simple pour permettre
à l’enfant d’écrire « chameau » et
non « chamo ».
6
Dans la classe, les élèves en situation d’utilisation.
Pictogramme Chronomètre1’46”
215 enfants (maternelle à CE2) ont testé l’arbre programmatique et
les cartes d’encodage.
8
Les élèves vous en parlent.
Pictogramme Chronomètre2’49”
Interview de 9 enfants qui vous racontent leur expérience d’encodage avec l’arbre
et le principe de mise en couleur
de l’opacité des mots.
10
L’arbre et les élèves en difficulté.
Pictogramme Chronomètre2’36”
L’arbre programmatique étant un référentiel d’apprentissage plus simple que l’alphabet, nous posions alors l’hypothèse qu’il permettrait aux enfants plus faibles de raccrocher le wagon des plus forts.
12
L'arbre programmatique en maternelle.
Pictogramme Chronomètre00’00”
Une discussion sans filtre sur cette nouvelle manière d'aborder le codage des mots.
14
Les 37 cartes sons.
Pictogramme Chronomètre00’00”
Comment mémoriser avec enthousiasme les 37 graphèmes d'usage
de la langue française ?
Nous avons pensé mouvement, mémoire corporelle et doigt de l'enfant.
16
Explications détaillées des cartes d'encodage.
Pictogramme Chronomètre00’00”
TUTORIEL
18
Lettres opaques en couleur,
une autre manière de parler des mots
avec les élèves.
Pictogramme Chronomètre00’00”
La couleur met en lumière la difficulté orthographique du mot. Cela permet plus facilement d’engager la discussion, un peu comme de la « génétique ».
20
L'arbre programmatique en version FLE (Français Langue Etrangère).
Pictogramme Chronomètre00’00”
Nous avons découvert qu’il était possible avec l’arbre, de créer une correspondance phonologique entre deux langues différentes. Cela va faciliter l’entrée dans une langue étrangère. Un gros chantier de traduction s’ouvre…
22
L'arbre programmatique en complément
de votre méthode de lecture.
Pictogramme Chronomètre00’00”
Chaque enseignant s’appuie sur la méthode de lecture qui lui convient le mieux (il en existe 35, Piano, Je lis-j’écris, Pilotis…). L’arbre est un outil orthographique complémentaire de chacune d’elles.